Vélo et pistes cyclables

Carte des boucles en forêt autour de Versailles.

Carte du projet de ceinture verte dans Versailles. C’est la solution pour ouvrir un accès pratique au parc et aux forêts environnantes. Il manque encore une jonction protégée avec les 5 gares, et certains tronçons ont des pentes trop fortes : les enfants doivent pouvoir les pratiquer sans difficulté.

Article de la revue 2011. Article de la revue 2013.

Principaux freins au développement du vélo :

  • Le vol des vélos :
    • Nécessité de surveiller les parkings par caméra;
    • Véritable démarche pour enrayer ce fléau et sécuriser efficacement : la police ne doit pas être une simple chambre d’enregistrement;
    • Marquage des vélos.
  • L’absence de lieux de stockage des vélos :
    • Nécessité de parkings protégés de la pluie et surveillés pour les collèges, lycées, écoles, conservatoire, gymnases, terrains de sports, piscines, … tous les lieux fréquentés par les jeunes;
    • Nécessité de parkings à proximité des lieux publics et commerciaux;
    • Nécessité de parkings à proximité des immeubles d’habitation qui ne peuvent pas accueillir des vélos;
    • Nécessité d’exiger des syndics de copropriété la réalisation de parkings intérieurs aux immeubles.
  • Absence de circuits cyclables corrects :
    • Nécessité de développer le vélo de promenade à partir des gares avec location de vélos (effet d’entrainement pour accroître le volume de vélos et donc la sécurité);
    • Accessibilité et continuité des boucles en forêt;
    • Respect des courbes de niveau pour des pistes praticables par les enfants en forêt;
    • Création de circuits de visite touristique commentés de façon ludique;
    • Publicité sur les circuits et développement des activités annexes : Location, accessoires, réparation, nettoyage, zones de repos et de ravitaillement, organisation de rallyes, parcours sportifs et d’adresse, apprentissage, …
  • Non continuité ferroviaire du vélo
    • On doit pouvoir facilement monter et descendre dans les trains avec son vélo : accès rapide aux quais par des passages séparés et roulant, rampe d’accès rapide au wagon …
    • Demander à la SNCF d’étudier des wagons spéciaux vélo : larges ouvertures, vélos en bas, voyageurs en haut, plancher au niveau du quai, …
  • Mauvaise qualité et hétérogénéité du matériel vendu aujourd’hui
    • Chambres à air poreuses s’usant très vite => Essor conseille de bons pneus
    • Equipements fragiles ou absents : lumières, gardes boue, porte bagages, sacoches, antivols, …

Et pour le reste … plus il y a de vélos, plus ils sont respectés par les automobiles.

Les petites nouvelles du vélo :

Les zones 30 et les contre-sens cyclables

L’aménagement cyclable du type double sens cyclable (DSC) a fait ses preuves dans toutes les villes françaises et européennes où il est reconnu comme un facteur efficace d’apaisement de la vitesse. Le DSC n’est pas une piste cyclable. La piste cyclable est une voie réservée aux cyclistes d’une largeur de 1m 50 selon la recommandation du CERTU, séparée physiquement de la chaussée. C’est une obligation d‘aménager des DSC dans les rues à sens unique situées dans les zones 30 sauf arrêté municipal stipulant le contraire dûment motivé. La largeur de la chaussée roulante de 3m entre dans la catégorie des rues entre 2,70m et 3,50m où le CERTU préconise un simple marquage au sol. L’automobiliste qui roule sur une zone ainsi balisée n’est pas en infraction. Le plus grand risque pour le cycliste est le différentiel de vitesse. Toute rue à vitesse apaisée devient cyclable. Le différentiel de vitesse est plus petit dans les rues étroites, et encore moindre en double sens cyclables car les usagers freinent avant de se croiser.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est beaucoup moins dangereux de rouler à contre sens dans une rue étroite que dans le sens des voitures, car celles-ci accélèrent en vous dépassant alors qu’elles ralentissent en vous croisant. De plus, à contre-sens, la visibilité est double, alors que dans le même sens, le cycliste ne voit pas la voiture le dépasser. La suppression du contre sens cyclable au motif de l’étroitesse de la rue n’est donc pas pertinente sur le plan du risque. En France, ce phénomène n’est malheureusement pas encore bien intégré, et les élus locaux cèdent souvent sous la pression des automobilistes obligés de réduire leur vitesse.

Les principes d’aménagement sont les suivants :

  • Mailler les itinéraires vers les gares, écoles, commerces, administrations, salles de sport et de  spectacle, …
  • Multiplier le stationnement vélo au domicile et à l’arrivée,
  • Eviter de mettre en place un système de type Velib’ très coûteux quand la densité n’est pas au rendez-vous, comme à Versailles,
  • Multiplier les zones 30 avec DSC,
  • Equiper les voies à 50 km/h de pistes cyclables ou de bandes cyclables confortables,
  • Organiser des services pour les vélos comme des bornes de gonflage près des grands parkings à vélo et des gares,
  • Cultiver un esprit de respect et d’égard entre les différents usagers.

En 1996, le DSC est inscrit dans le Code général des collectivités territoriales, article L2213-2.
En 1998, apparaissent des panneaux spécifiques.
En 2008, le décret 2008-754 introduit dans le Code de la route, à l’article R110-2,  une généralisation des doubles sens cyclables en zone 30, en zone de rencontre et dans les aires piétonnes. C’est un renversement de la règle : les DSC sont désormais automatiquement et obligatoirement installés sauf arrêté municipal contraire : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000019274295&dateTexte=&oldAction=rechJO

Voir cet excellent article d’Isabelle Claude de l’association VeloVersailles sur le site de monversailles.com

Voir aussi cette excellente analyse dans la revue Vélocité N°121 de mai-juin 2013 produit par la FUB (Fédération Française des Usagers de la Bicyclette), s’appuyant sur les derniers travaux d’Essor de Versailles, et intitulé : « A Versailles, stationnement de surface contre double sens cyclable ». Page 1, Page 2, Page 3, Page 4.

Le tourne à droite dans le code de la route

Ouest-France, dans son édition du 17 novembre, nous apprend que la ville de Nantes, après une expérimentation de 7 mois, s’apprête à généraliser le tourne-à-droite permettant aux cyclistes de considérer un feu rouge comme une balise « cédez le passage ». Une mesure de bon sens, sans danger, déjà adoptée dans d’autres pays, qui améliore la fluidité du trafic pour le vélo, et le rend donc plus attractif. Elle suppose évidemment la présence de pistes ou bandes cyclables. C’était une demande ancienne des associations de cyclistes, et notamment de la FUB, et elle a été récemment intégrée au code la route. Seul problème : le panneau officiel n’a pas encore été défini. Il sera probablement très similaire à celui adopté à Nantes. Allez, Messieurs les maires, la voie est ouverte, un peu d’audace. Même expérimentation en cours, avec le même panneau, à Valence.

Enfin des garages à vélos …

La région Ile-de-France a adopté le 23 juin un « plan vélo » prévoyant notamment d’expérimenter pendant 18 mois, à partir de mars 2012, la possibilité de garer son vélo dans un local fermé avec un abonnement annuel de 20 euros directement chargé sur le passe Navigo. Ce système imaginé avec la SNCF et baptisé « Véligo » permettra de laisser son vélo à sa gare de départ ou d’arrivée pour se rendre à son domicile, son travail ou ses activités de loisirs dès sa descente du train. A partir de cet été, 16 garages à vélos offrant 758 places de stationnement au total vont être construits dans des gares du réseau Transilien, le plus grand étant prévu à Chelles (Seine-et-Marne). Cette expérimentation est financée par la région pour un montant de 1,9 million d’euros. (in « Ville Rail et Transports le 12 /07 /2011 »)

RATP à l’action …

Désormais, en plus des itinéraires en transports en commun, les Franciliens se connectant à ratp.fr peuvent calculer leur trajet en vélo. Le site met en effet à disposition un lien vers le calculateur d’itinéraires vélo de la ville de Paris, qui permet aux cyclistes d’établir une feuille de route indiquant la présence d’aménagements cyclables, de s’informer sur la distance et le temps de parcours, de connaître le profil topographique du parcours retenu. In Ville Rail et Transports du 18 avril.

Arcachon : la mairie paye un vélo à chaque habitant.

Versailles serait sur les rangs …

«Vel’gare» est un projet de stationnement des vélos dans les gares de Transilien en Ile-de-France, dont un des objectifs est de faire passer la part du vélo dans les trajets d’accès aux gares de 0,4% à 4% en 2015. Il vise à créer 259 abris collectifs fermés (de 40 à 100 vélos) accessibles avec le Pass Navigo, des vélos stations dans les villes qui le souhaitent et des box individuels dans 122 petites gares.

Vous êtes francilien, vous n’utilisez pas votre vélo pour aller à la gare de peur de ne pas le retrouver au retour. La région a pensé à vous dans quatre gares… pour le moment : A ChellesCoudray et Choisy-le-Roi, la région accompagne le projet SNCF «Vel’gare» dans ces deux gares pilotes : création à Chelles de 88 emplacements vélos sécurisés dans un local donnant dans une rue aménagée en zone 30. Le local sera fortement éclairé, sécurisé par de la vidéosurveillance et accessible par lecture du Pass Navigo du voyageur. Le projet en gare de Choisy-le-Roi consiste en la mise en place d’un abri collectif fermé de 40 emplacements vélos sur racks double étage.. Hors projet Vel’gare, à Savigny-le-Temple (77), une consigne à vélo avait déjà été installée à la sortie de la gare en 2003. Le succès de cette offre fait qu’elle doit maintenant être agrandie. La Région va donc cofinancer 30 nouveaux boxes à vélo, mis gratuitement à disposition des usagers de la gare.

A Ozoir-la-Ferrière (77), suite à la rénovation des parkings de la gare, un espace fermé et protégé accueillant 30 vélos va être construit, muni d’un accès sécurisé par un système de badge. Les vélos seront ensuite sécurisés par 2 points fixes faisant office de cadenas.