Association Essor de Versailles – http://www.essor-de-versailles.fr

Extrait de la revue « l’essor de Versailles » de janvier 2011.

Article : « Le développement économique de Versailles Grand Parc »

1.    Une étude conduite par Essor de Versailles durant l’année 2010

En janvier 2010 avec son statut de Communauté d’Agglomération, Versailles Grand Parc (V.G.P.) a élargi ses compétences, notamment en matière d’aménagement de l’espace (Zones d’aménagement concerté ZAC.), de développement économique (Z.A.E.) et d’équilibre social de l’habitat…

La Direction du Développement économique de Versailles Grand Parc est encore dans sa phase d’initialisation et ne dispose pas des moyens nécessaires à la réalisation de ses ambitions.

Sur l’année 2010,  Essor a réalisé un travail systématique d’investigation par entretien(s) des principaux acteurs ayant une vocation dans le développement économique et une analyse des données ainsi recueillies.  Des préconisations peuvent être finalisées à l’issue de cette analyse approfondie.

Le développement économique à l’échelle du territoire élargi à V.G.P. se définit par une politique d’aménagement du territoire, une politique d’identité plus affirmée du territoire et un pilotage du développement économique associé à des moyens « ad hoc », à un Schéma Directeur et à une animation forte .

-         Une politique d’aménagement du territoire

La Communauté d’agglomération de Versailles-Grand Parc s’efforce de conquérir de nouveaux territoires :

-          « libérés » par le retrait militaire sur VERSAILLES ou SAINT-CYR L’ECOLE

Ø Caserne PION -20Ha -  VERSAILLES

Ø Caserne RENARD -24Ha – SAINT-CYR L’ECOLE

Ø Caserne d’ARTOIS - 1,1Ha - VERSAILLES

Ø une partie de SATORY avec notamment la zone dévolue à MOVEO - 20Ha, ou le Parc d’activités de NEXTER Est -11Ha) -  VERSAILLES

-          « arrachés » à leur déshérence (Hôpital RICHAUD - 2Ha ou EUROPE –   1Ha) - VERSAILLES

-          « valorisés » par le réaménagement de la Gare des CHANTIERS  (ZAC- CHANTIERS - 53Ha) - VERSAILLES ou encore du Val de SYGRIE sur BIEVRES (ZAC – 30Ha)

-          « régénérés » dans le cadre du développement économique :

Ø Zones d’activité –Croix Bonnet - 50Ha  – BOIS d’ARCY

Ø Parcs d’activité – BUC- 60Ha- &  « Airparc » -5/6Ha –TOUSSUS LE NOBLE   

Autant d’espaces à aménager, autant d’opportunités de développement économique.

-         Une politique d’identité  du territoire

Le développement économique ne se réduit toutefois pas à l’aménagement du territoire :

Une dynamique du développement se construit  sur l’identité clairement affirmée du territoire ;  identité qui, en même temps,  permet de créer l’effet de levier nécessaire au développement. A ce jour, le développement économique s’articule autour de plusieurs pôles  constitutifs de l’identité de VERSAILLES GRAND PARC :

Ø La Recherche & Développement appliquée à la « voiture intelligente » de demain, R. & D. promue dans le cadre du Pôle de compétitivité MOV’EO et des laboratoires de recherche associés sur le plateau de Satory

Ø « Le Vivant et la Ville», qui structure une ingénierie écologique au service des enjeux urbains avec la perspective de pouvoir à l’avenir constituer une grappe d’entreprises s’appuyant d’ores et déjà sur un solide noyau avec l’Institut national de recherche agronomique (INRA), le groupe Veolia Environnement, l’Université de Versailles Saint-Quentin et sa Fondation partenariale Fondaterra

 

Ø La culture, notamment musicale et théâtrale ainsi que, de façon plus large, le tourisme et l’artisanat d’art…

-         Un pilotage du développement économique

La Communauté d’Agglomération Versailles Grand Parc s’est dotée d’un pôle d’animation relatif au développement économique au sein duquel est mis en œuvre un marketing du territoire et sont pilotées  dans le cadre d’un schéma directeur pluri-annuel les créations et implantations d’entreprise. 

Plusieurs principes sont retenus, notamment dans la vocation des espaces de plusieurs hectares

Ø Principe de mixité activité économique/ habitations

Ø Principe de mixité sociale 

Ø Principe d’amélioration de la qualité de vie

  

Cependant, VERSAILLES  GRAND PARC est,  pour partie, situé dans un « no man’s land » du développement économique, entre les 2 Opérations d’Intérêt National (O.I.N.) qui encadrent,  telles 2 « mâchoires » le périmètre de la communauté d’agglomération :

-          L’O.I.N. Seine AVAL sur le Mantois et la vallée de SEINE

-          L’Etablissement public de PARIS-SACLAY  EPPS, acteur de  L’O.I.N. du plateau de SACLAY dont le centre de gravité est sur l’ESSONNE, tout en intégrant le plateau de Satory et les communes de JOUY en JOSAS,  BUC, BIEVRES & TOUSSUS le Noble….et entre les deux pôles déjà  très actifs  de St-Quentin – en-Yvelines et de Vélizy-Villacoublay.

-          Le cadrage de l’enquête conduite par Essor de VERSAILLES :

La communauté d’agglomération Versailles Grand Parc constitue le cadre le plus adapté pour piloter un projet économique d’importance et c’est bien une des compétences qui lui a été transférée. Un tel transfert de compétence prend naturellement du temps : il s’agit de vaincre les habitudes de territorialité encore bien ancrées sur chacune des communes de la communauté d’agglomération.

 C’est pourquoi, Essor de Versailles a rencontré la plupart des interlocuteurs ayant une responsabilité opérationnelle ou morale dans le domaine du développement économique de Versailles Grand Parc et est reconnaissant de la qualité de l’accueil reçu et des données ou analyses exprimées.

 Les 14 maires de VGP ont également été systématiquement interrogés, ainsi que l’O.I.N. du plateau de Saclay. Nous avons aussi assisté à plusieurs conférences relatives au développement économique.

 

 

 

 

2.    Diagnostic & perspectives

 

Nous classerons notre analyse en 3 axes :

-  multiplicité et imbrications des acteurs & organismes concernés,

-  projets de développement de court et de moyen terme

-  projets de développement à long terme

 

21.                      Multiplicité et imbrications des acteurs & organismes concernés

Versailles Grand Parc n’échappe pas à la complexité habituelle dans notre pays des rôles et des acteurs  en matière de développement économique: multitude de communes, Chambres consulaires , Conseil Général, DATAR…Une complexité encore accrue par l’existence de 2 acteurs d’exception : le Château et l’EPPS qui gère  l’O.I.N. du plateau de  Saclay dans le cadre du projet du Grand Paris.

Le fait d’avoir des structures enchevêtrées n’est pas nécessairement un obstacle, c’est une donnée. En outre, le périmètre de Versailles Grand Parc continue à  s’accroître. Des communes de la plaine de Versailles, BAILLY, NOISY le ROI et RENNEMOULIN viennent de rejoindre en Janvier en 2011 la Communauté d’agglomération de VERSAILLES GRAND PARC.

D’ici à 2013, 2 communes d’importance VELIZY-VILLACOUBLAY et LE CHESNAY pourraient décider leur rattachement à V.G.P. dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales ce qui créerait, en matière de développement économique, un changement d’échelle. De surcroit, l’élargissement de VGP et notamment  l’intégration de villes telles que Velizy-Villacoublay ou Le Chesnay exigera une clarification des missions entre les services de la Ville de Versailles et la Direction du développement économique sur le territoire de la Communauté d’agglomération.

Versailles Grand Parc aurait ainsi la complète prérogative de promouvoir le développement économique. L’organisation de la Direction du développement économique sera sans doute reconfigurée en application des principes suivants  de :

-   l’unicité de la responsabilité du développement économique,

-  la désignation, le cas échéant d’un chef de projet pour un projet d’importance à l’exemple de SATORY

-  l’interlocuteur unique pour des candidats à l’investissement.

-  la décision exogène du Grand Paris et de l’établissement public de PARIS-SACLAY, acteur de l’OIN du plateau de Saclay dans leur plan d’aménagement.V.G.P. doit donc veiller à la cohérence entre ses axes de développement et les décisions de l’O.I.N. du plateau de Saclay et les projets de Grand Paris, notamment en matière de transport.

 

22.                      Le développement économique à court terme

 

A court terme, Versailles Grand Parc a globalement les moyens de satisfaire les demandes  en cours ou futures. Une palette de choix s’offre aux investisseurs. Des disponibilités existent à BUC, Les LOGES en JOSAS, TOUSSUS le NOBLE, BIEVRES, et dans une moindre mesure à SATORY …

La carte jointe, nous communiquent les zones d’activité vers lesquelles les projets d’implantation d’entreprise sont susceptibles d’être guidés en fonction de l’échéance souhaitée par l’investisseur.

Dans la ville de Versailles, plusieurs projets importants sont en cours ou déjà définis : RICHAUD  (élément important pour la localisation des activités près d’un cadre de vie de très haute qualité  recherché par  des dirigeants), CHANTIERS, ainsi que nombre de projets destinés à améliorer la vie quotidienne des citadins et qui ont fait l’objet d’une communication publique par la Municipalité de Versailles.

Sur le plan du volontarisme affiché, une initiative  - la PEPINIERE D’ENTREPRISES sur la ville de Versailles - doit se concrétiser début 2012, soit une inauguration différée d’un an:

Dans notre dossier ESSOR publié l’an passé, nous avions consacré un article au projet de pépinière d'entreprises qui doit être réalisée par la Communauté d’agglomération  de Versailles Grand Parc dans le quartier de Moser.
L'ouverture de cette pépinière  était initialement prévue pour le printemps 2011.

Or, plusieurs aléas relatifs au financement et au choix des entreprises ont généré des retards  et repousserait l’ouverture de la pépinière au printemps 2012...

Les questions que nous posions l'an dernier restent pleinement d'actualité:

-  Comment assurer l'intégration de cet équipement dans le quartier de Moser qui comprend près de 700 logements sociaux? Quel impact en termes d'image, de retombées économiques, d'emploi?

-  Une concertation avec les bailleurs, les habitants, les commerçants de la place d'Isigny est indispensable

-  Quel type de créateur, quel domaine d'activités privilégier: innovations technologiques, « le vivant dans la ville », essaimage des travaux de recherche effectués dans les laboratoires présents sur le territoire de VGP: UVSQ, INRA, INRIA... ?

-  Comment mettre en place une gestion et une animation dynamiques? Quels services mutualisés? Comment organiser le parrainage?

-  Comment faire en sorte que cette pépinière devienne un lieu d'animation et d'information sur la création d'entreprise et aussi le prototype d'autres pépinières sur le territoire de VGP?

L’implantation d’une pépinière d’entreprise doit se concevoir comme un maillon d’appui à la chaine de la création d’entreprise. Nous devons porter notre vigilance sur le devenir des entreprises qui après avoir bénéficiées des services de la Pépinière durant près de 2 ans ne se concrétiserait pas par une implantation pérenne sur le territoire de VERSAILLES GRAND PARC.

A moyen terme, les zones d’activité recensées constituent un atout indiscutable et la problématique de leur vocation doit s’analyser site par site.

Outre, les projets de la Z.A.C. des  Chantiers et de l’Hôpital Richaud sont en effet concernés : 

 

Ø  SATORY :

Les parcelles gérées par SOGARIS, la compagnie  de PHALSBOURG et NEXTER (zone Est) permettent de satisfaire les demandes à venir, et ceci est sans compter sur le potentiel de long terme évoqué plus loin.

Ø  CROIX BONNET à BOIS D’ARCY

Il s’agit de la Zone d’Activité communément appelée ZA de « Leroy Merlin ». Elle est assez excentrée à l’Ouest, mais pleine de potentiel et excellemment desservie par le réseau routier.

Ø  SANTOS DUMONT à SAINT CYR

Il semblerait que, compte tenu d’un contentieux judiciaire initié par une association liée à l’aéroport de Saint Cyr, l’aménagement de cette Zone d’Activité  de 9 ha soit fortement hypothéqué

 

Ø Des projet(s) liés à l’Université susceptibles d’être plus largement développés:

Le considérable projet du campus de SACLAY a concentré l’essentiel des projets de développement en relation avec l’Université de VERSAILLES Saint-Quentin. Les retombées des travaux post universitaires, notamment les « thésards » de disciplines scientifiques, producteurs de brevet(s) sont susceptibles de constituer une source de création d’entreprise avec l’appui d’une aide de V.G.P. La pépinière d’entreprise ne suffit pas, il faut une aide ciblée. Des exemples peuvent être cités : Romainville (BIOCITEC) pour les « start ups » des domaines de recherche médicale ou l’appui à la création d’entreprise de l’Ecole de  Physique et Chimie de Paris, ou également de Sophia Antipolis. Au-delà de la question financière cette animation dans l’aide à la création d’entreprise traduit la compréhension des mécanismes de création des « start-ups » et de la force entrepreneuriale.

 L’aide de l’Université et sa coopération sont fondamentales pour promouvoir cette dynamique de la création des « start-ups » et l’Université de VERSAILLES SAINT-QUENTIN peut en être le réacteur.

 

23.                      Le développement économique à long terme

Le développement à long terme doit être conçu en fonction des réserves foncières et de la vocation de chacun des territoires concernés. Toutefois, il est nécessaire de ne pas gâcher des opportunités futures par pur opportunisme de court terme.

Nous analysons les territoires concernés :

Ø  CROIX BONNET à BOIS D’ARCY :

D’une surface de 50 Hectares, cette zone d’activité est l’une des plus importantes de V.G.P.

 

Ø  SATORY :

La seule ambition clairement déclarée aujourd’hui pour l’avenir de SATORY est MOV’EO, mais ce projet  moteur dans la dynamique du développement de SATORY ne saurait  en constituer le seul vecteur.

   

 

SATORY VERSAILLES :

Le pôle de compétitivité automobile :

Un ancrage progressif

 

1.     Les implantations réalisées :

§  L’INRETS : L’Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité est un établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST), placé sous la double tutelle des ministères chargés de la recherche et des transports. L’INRETS  a installé (inauguration du bâtiment le 26 JUIN 2009) l’un de ses deux sites franciliens au sein de Mov’eoTec sur le plateau de Versailles-Satory. L’INRETS (près de 500 personnes) dont le siège est à BRON près de Lyon dispose de 5 sites en France et regroupe 17 unités de recherche.

§  À travers la convention d’autorisation d’occupation consentie pour une durée de 30 ans par le Ministère de la Défense, l’INRETS dispose de trois parcelles sur le plateau de Versailles-Satory (20.000 m2, 5.200 m2 et 3350 m2).

§  Outre le transfert des équipements scientifiques d’Arcueil à Versailles-

Satory, un programme de complément et de mise à niveau est prévu à

hauteur de 1,7 M€ dont la moitié est financée par le Conseil Général des

Yvelines.

2.     Les principaux laboratoires et projets de recherche à Versailles-Satory :

I - Laboratoire sur les Interactions Véhicules-Infrastructure-Conducteurs - LIVIC  -

               (Unité de recherche mixte de l’INRETS et du Laboratoire Central des Ponts et Chaussées)

Le LIVIC est actuellement installé dans des locaux loués à NEXTER. Il a vocation à être installé dans le second bâtiment qui sera construit à proximité du premier.

Le LIVIC a pour mission d’améliorer la sécurité et la mobilité grâce aux assistances à la conduite destinées à pallier ses défaillances. En s’appuyant sur des technologies émergentes (capteurs, actionneurs, calculateurs intégrés, télécommunications), les chercheurs et ingénieurs imaginent et modélisent de nouveaux concepts, développent des «briques» de technologie » innovantes et les assemblent.

II - Laboratoire de Psychologie de la Conduite

Les recherches du LPC sont centrées sur la sécurité routière, en étroite relation

avec les enjeux de développement durable et de santé. L’objectif est

d’identifier et d’analyser les principaux déterminants des comportements

des usagers de la route.

III - Laboratoire des Technologies Nouvelles

Les compétences du Laboratoire des Technologies Nouvelles concernent

d’une part l’énergie embarquée, d’autre part les transports guidés et urbains.

Les recherches réalisées portent sur les aspects «propulsion, sustentation,

guidage» avec une approche technologique sur la maîtrise des

nouveaux composants de l’énergie électrique, les méthodes innovantes

de diagnostic, et une approche globale des systèmes de transport, plus

particulièrement des systèmes guidés urbains.

IV - Laboratoire de Mesure de la Mobilité Coopérative

Le laboratoire a pour mission de mettre au point des moyens d’essais et de réaliser des mesures dans le domaine des systèmes coopératifs Véhicule-Infrastructure-Conducteur.

3.     Implantations programmées :

§  L’E.S.T.A.C.A. -  Ecole Supérieure des Techniques Aéronautiques et de Construction Automobile – est appelée à une double implantation :

§  Le Plateau de SACLAY – « projet Campus »

§  SATORY pour l’achèvement du cursus

 

 

Ø  2 études actuellement en cours devraient clarifier les contraintes qui compliquent les opérations d’aménagement de SATORY.

La première étude concerne l’opportunité de conserver ou non, le cas échéant en les réduisant, les pistes d’essai actuelles. Sans préjuger du résultat de l’étude, ESSOR a le sentiment qu’à une époque où les moyens d’essai intègrent des simulateurs, nul n’est besoin d’une telle surface pour le projet MOV’EO, surtout sur des terrains à haute valorisation comme c’est le cas à Satory.

La deuxième étude, dite de programmation urbaine doit donner ses conclusions au cours de l’été 2011. Toutefois, la vocation d’un territoire ne peut se définir de façon trop rigide et résulte le plus souvent empiriquement des candidatures qui s’exprimeront.

Rappelons seulement l’exemple du GIAT, et malgré des financements publics colossaux n’a pas pu ou pas su développer dans son secteur une coopération industrielle.

Un risque se dessine : Satory est un poumon de long terme pour VGP. Pourtant, il est administré par l’OIN Saclay qui risque d’être « dévoré » pendant plusieurs années par la mise en place du campus du plateau de Saclay et SATORY passerait en « deuxième urgence ». Il est donc de la plus haute importance qu’une réflexion approfondie sur Satory ait lieu.

 

Ø  LES MATELOTS-MORTEMETS

 La municipalité et l’établissement du Château se sont associés en qualité de commanditaires d’une étude de préfiguration relative à la reconversion de cet espace important aujourd’hui propriété du Château et/ou pour partie concédé à l’armée.

Parmi les perspectives de reconversion du site, le projet de transfert de ROLLAND- GARROS a été présenté le 8 janvier à la Fédération du Tennis Français qui  doit finaliser sa position le 12 février 2011.

Essor de Versailles  a, dans son dossier de l’année dernière, émis des propositions relatives à la reconversion d’un territoire important par sa surface (135 Ha) et son positionnement, étant à ce jour partie intégrante du parc du Château de Versailles: une réflexion mériterait d’être développée sur l’axe de la création d’un ou plusieurs cluster(s) entre les post-doctorants & chercheurs et les créateurs d’entreprise suscitant des start-ups dans les domaines de la haute technologie. La dimension des (nouveaux) transports dans l’analyse en amont de toute décision sur l’avenir de ce territoire est incontournable.

Ø  La caserne PION

Le choix de la DATAR et « l ’étude de grappe » corrélative sur « le Vivant et la Ville » paraît judicieux et nous souscrivons pleinement à cette exploration.

« Le Vivant et la Ville » : la création d’une « grappe d’entreprise »

Sur

 VERSAILLES GRAND PARC

 

Le principe d’une grappe :

 La Datar a lancé en 2010 une nouvelle politique de soutien à l'innovation des territoires, avec la notion de grappes d'entreprises. Près de 50  grappes sur l’ensemble du territoire français viennent ainsi d'être sélectionnées au titre de l’appel d’offre de 2010.

La DATAR se propose de promouvoir des réseaux d’entreprise, en majorité des P.M.E..  La grappe a pour vocation de développer la  synergie des entreprises inscrites sur un champ d’activité convergent. Ces entreprises ont des compétences complémentaires.

« Le Vivant et la Ville » : Les atouts du territoire versaillais

Versailles Grand Parc possède un réel potentiel d’entreprises dont les compétences peuvent atteindre l’excellence dans les domaines de l’agronomie (I.N.R.A.) du paysage et de l’horticulture (l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage), de l’environnement et de l’urbanisme (l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles) …

L’organisation de ces entreprises en réseau est d’ores et déjà acquise : une quarantaine d’entreprises avec en tête la Ferme de Gally et le Bureau d’études Sol et Paysage ont adhéré au réseau « Le Vivant et la Ville » .

Des atouts complémentaires sont proposés :

-         un laboratoire sera mis en œuvre sur l’actuel site de la caserne PION afin de pouvoir promouvoir les nouveaux développements du réseau « Le Vivant et la Ville ».

-         des partenariats importants seront  finalisés, notamment avec l’Université Versailles Saint Quentin et sa fondation FONDATERRA

 

 

Versailles Grand Parc finalise sa réponse à l’appel d’offre piloté par la Datar pour la reconnaissance d’une grappe dédiée au « Vivant et à la Ville »

 

Ø  SAINT CYR l’ECOLE  et la caserne CHARLES RENARD

Il s’agit d’un foncier très bien placé, à vocation probablement diversifiée.

 

24.                      Conclusions et préconisations:

VGP est bien armée et possède pour l’avenir des atouts pour un développement harmonieux qui ne doit pas nuire à la qualité de vie des cités.

Nous pouvons avancer quelques préconisations:

1. Sur le futur de Satory, il nous semble indispensable que soit rédigé, d’ici à fin 2011 un livre blanc qui reçoive l’aval, non seulement de l’Etablissement public de PARIS-SACLAY et du Ministère de la Défense, mais, aussi  de VGP et de toutes ses composantes afin de sauvegarder la cohérence des orientations. Il nous paraît également sage de penser que si MOV’EO est un projet intéressant, il n’apportera pas seul réponse aux ambitions de la reconversion du territoire. Un « Monsieur SATORY »  pourrait être utilement missionné, une fois finalisées  les conclusions des 2 études en cours.

2. Sur le schéma de « rebouclage » sur Versailles-Saint Cyr de la liaison de transport ferroviaire venant de MASSY et du Campus de SACLAY, nombre de déclarations ont fleuri sur le sujet récemment. ESSOR considère que sur un tel sujet, la décision : tracé A ou tracé B, Matelots ou Chantiers reste subordonnée à une étude technico-économique complète et sérieuse des alternatives possibles. Une gare est un investissement considérable qui engage le long terme. Le choix définitif de la gare retenue et de ses liaisons avec Satory dans le cadre du projet de Grand Paris sera déterminant sur la dynamique souhaitable en matière de développement économique.

 

3. Sur le contour du domaine du « Vivant et la Ville », ESSOR attend avec impatience les résultats des analyses de la DATAR. Sans avoir suffisamment d’éléments pour faire un balayage complet, ESSOR recommande de distinguer dès maintenant ce qui relève de son périmètre :

- hors du périmètre : tout ce qui est chimie ou biotechnologies conduisant aux sciences ou technologies médicales.

- dans le périmètre : les technologies du recyclage, de la valorisation des déchets végétaux (déchets verts, bois …), du paysage, des espèces végétales et leur amélioration, de l’exploitation nouvelle d’extraits de plantes…

Dans ce périmètre, devrait pouvoir figurer l’analyse objective d’une technologie nouvelle: celle des OGM, de la définition des plateformes et moyens de contrôle destinés à mesurer leur impact sur le vivant afin d’édicter des normes, l’amélioration corrélative des espèces végétales et les applications hors alimentaire des OGM..

Notre enquête relative au développement économique à l’échelle de Versailles Grand Parc et de ses 190 000 habitants, traduit :

-         Les actions multiples dans le domaine de l’aménagement territorial et du développement  économique ;

-         Un ciblage qui, trop souvent, reste insuffisamment construit par défaut d’alternative envisagée et d’absence d’analyses multicritères. Des opérations de « gré à gré » sont privilégiées, à l’exemple de la rénovation de l’Hôpital RICHAUD ;

-         Un choix dans l’aménagement qui est « opportuniste », à l’exemple du transfert de Rolland-Garros sur le secteur des Matelots ; les demandes d’implantation sont guidées par V.G.P. en raison des terrains disponibles à court ou long terme.

-         Une vision du développement économique qui n’intègre pas assez les ressorts de la dynamique du développement, notamment dans l’articulation vertueuse entre  la recherche et la création d’activité…

-         Une lisibilité récente et porteuse d’avenir sur 2 pôles de développement structurants :

·       La « voiture du futur »

·       Le « vivant et la ville »