Association Essor de Versailles – http://www.essor-de-versailles.fr

Extrait de la revue « l’essor de Versailles » de janvier 2011.

Article : « Quels transports pour le Grand Paris ? »

1. Deux visions des transports pour le Grand Paris

De fin septembre 2010 à fin janvier 2011, se sont déroulés deux débats en parallèle sur deux projets de transports public destinés à améliorer significativement les dessertes en Ile-de-France,  notamment entre les banlieues. Ce sont en effet les déplacements motorisés entre banlieues qui  sont à la fois les plus nombreux (70% du total) et ceux dont la croissance est la plus forte  (de 60% à 70% du total en 25 ans). Et ce sont ces déplacements en banlieue qui disposent le moins de transports collectifs performants, ceux-ci étant jusqu’ici concentrés sur les déplacements dans la capitale et entre Paris et ses banlieues. Arc Express porté par la Région et le Réseau de transports Public du Grand Paris (« le Grand 8 ») porté par la Société du Grand Paris SGP représentent deux visions différentes. Le premier cherche à offrir aux zones denses de petite couronne des dessertes plus fines du territoire. Le second à relier  entre eux le plus rapidement possible les pôles de développement économiques de demain situés en petite et grande couronne  mais aussi à  les relier avec les aéroports ou les gares TGV de banlieue.

 

Deux systèmes de transports

Arc Express

Réseau du Grand Paris

Objectifs de desserte

Zone dense de petite couronne

Grands pôles économiques et grands pôles de transport en petite et grande couronne

Vitesse commerciale

40 Km/h

65 Km/h

Maillage

Fin : 1 à 1.5 km entre gares

Grandes interstations

Longueur

60 km

155 km

Nombres  de stations

50

40

Matériel

Ferroviaire large : 2.80 m

Métro sur pneu ou sur fer : 2.40 m

Coût total infrastructures et matériel roulant

8-9 milliards d’euros

selon variantes

22.7 G€

Réalisation

Progressive  dans le cadre du plan de mobilisation intégrant la modernisation des réseaux existants

Rapide d’ici à 2025, indépendamment des réseaux existants

Première mise en service

2017 : Arc Sud

2018

 

Essor de Versailles a proposé en réunion publique qu’un groupe technique public audite les coûts,  les évaluations socio-économiques de l’intérêt des projets et les solutions financières.

2. Le rapprochement politique des deux  projets et le détournement définitif des débats

Fin 2010, les deux maitres d’ouvrage sont arrivés, parallèlement aux 2 débats, à la conclusion que, politiquement, leur opposition était contre-efficace à terme. S’est alors esquissé un rapprochement des deux projets caractérisé  par :

-l’adoption de tracés communs notamment à l’est

-une participation de l’Etat à la modernisation accélérée des réseaux actuels

-le dégagement, par rectificatifs à la loi de finances, de nouvelles ressources pour le STIF

-la promesse d’une « étanchéité » totale entre les dettes de SGP et les comptes du STIF

-un éclaircissement des dépenses induites par les nouveaux projets et de leur couverture

-l’abandon de la boucle ouest du Grand 8 entre Versailles, Saclay et Massy.

Ce rapprochement va exiger des études complémentaires (tracés de raccordement, choix des matériels et des tunnels …), ce qui va allonger les délais

Les deux débats continuent donc sur des projets qui sont donc caducs, même si bien sûr quelques éléments seront intégrés dans les nouveaux tracés. Juridiquement, un nouveau débat devrait être lancé sur le nouveau projet en dépit des limitations imposés par  la loi votée sur le Grand Paris. L’allongement  des études techniques rend possible ce nouveau débat, sans impact sur le calendrier de réalisation éventuelle.

3. L’abandon du tracé entre Versailles et Massy constitue le point le plus critique des discussions à plusieurs titres

-C’est la disparition de la desserte lourde réaffirmée à plusieurs reprises par les plus hauts représentants du gouvernement pour intégrer l’emblématique  projet de Campus de Saclay, l’un des 9 « territoires de projet », dans le Grand Paris. Ce Campus doit concentrer 23 établissements d’enseignement supérieur et de recherche et 10% de la recherche publique ou privée.

-Une certaine incertitude règne sur le type de desserte appelée à remplacer le métro lourd automatique. Celui-ci était  promis en souterrain pour respecter le Plateau agricole et sans autre gare que celle du Campus, ce qui évite la multiplication des pôles urbanisés. Dans un premier temps, sera  accéléré la réalisation, le long de la RD 36, du transport en commun en site propre (TCSP) reliant Massy (RER B et C et gare TGV), Saclay-Campus et St-Quentin-en-Yvelines (RER C et plusieurs lignes SNCF). Un métro plus lourd (VAL ?) pourrait lui succéder mais alors le risque est grand que, notamment pour des raisons de coûts, il ne soit pas en souterrain : on a même évoqué une infrastructure en viaduc au-dessus de la RD 36. Un tel transport ferait coupure sur le Plateau et risquerait de susciter plusieurs gares et autant de pôles d’urbanisation. Il est clairement inacceptable pour tous ceux qui, citoyens, associations ou élus, ont défendu ce dernier poumon vert à proximité de Paris, inscrit dans le projet de SDRIF (Schéma directeur de la Région Ile-de-France) sujet de conflit entre Région et Etat. Ces défenseurs ont fait inscrire dans la loi relative au Grand Paris la « sanctuarisation » d’au moins 2300 ha de terres agricoles dont la définition doit intervenir par décret d’ici à juin 2011.

-Le plateau de Saclay et ses alentours est la zone du Grand Paris qui a suscité le plus de « cahiers d’acteurs » (positions formalisées sur 4 pages) dans le débat public, ce qui annonce l’âpreté des confrontations.

-Au niveau politique, l’accord envisagé par le Président de la Région et le gouvernement est remis en cause par les élus verts  de sa majorité dans un contexte très sensible des prochaines élections cantonales et sénatoriales de 2011.

4. La desserte de  Versailles par tout nouveau système de transport

Même si le métro ne se fait pas entre Versailles et Massy, le positionnement des gares de Versailles reste un sujet pérenne pour les tracés de remplacement et pour l’aménagement futur du territoire de Versailles mais aussi de celui de Versailles Grand Parc puisque Versailles est la seule gare envisagée pour VGP. 

 

Comment ignorer Versailles Chantiers, premier pôle de transport francilien en dehors de Paris ? Huit axes en partent vers Paris-Montparnasse, La Défense, le RER C vers la  rive gauche de Paris, Massy (avec accès à Orly et aux réseaux TGV), Chartres/Le Mans, Dreux/Granville, Mantes/Le Havre et la tangentielle ouest St-Germain/Cergy (avec terminus à reporter aux Chantiers). Le choix des Matelots allongerait de 20mn en moyenne l’accès à Versailles, au prix d’une gare très coûteuse sur la ligne SNCF. Les encombrements des Chantiers ne sauraient constituer un contre-argument car l’accès par transport en commun doit être systématique en zone dense.

 

De plus une gare doit être créée  à Satory: elle offrirait à la fois des parkings de rabattement à proximité de la RN12 et surtout un atout pour développer le 8ème quartier de Versailles. Enfin St-Quentin doit être desservi, non en périphérie sur des terres agricoles à la Minière mais au cœur de son agglomération.

5. Les propositions d’Essor de Versailles pour la desserte du Plateau de Saclay

Au lieu du métro, il faudrait réaliser les projets prioritaires suivants pour la région de Versailles  :

-Le RER C Chantiers-Massy-Juvisy doit être transformé en Tangentielle Sud St-Quentin-Versailles-Massy-Evry. De Massy, on accède à l’ensemble des réseaux TGV  et à Orly par le service de bus de Pont de Rungis , ce qui met Orly à 40 mn de Versailles. A plus long terme, la ligne souterraine à grande vitesse « Interconnexion Sud » Massy-Valenton offre la relation directe Versailles- gare nouvelle sous l’aéroport d’Orly en 20 mn et une liaison Versailles -Roissy en 45 mn.

-Les différents pôles du Plateau de Saclay seraient reliés aux gares de la Tangentielle Sud et du RER B par des bus à haute qualité de service majoritairement en site propre, faciles à mettre en œuvre rapidement, beaucoup moins coûteux et plus respectueux de l’environnement :TCSP (transport en commun en site propre) est-ouest Massy - Saint-Quentin-en-Yvelines le long de la départementale 36, deux TCSP nord-sud reliant Versailles et Buc au RER B pour le premier et Jouy sur le RER C, HEC et Saclay à Orsay sur le RER B pour le second .

-L’amélioration des autres lignes desservant Versailles Chantiers est également indispensable de même  que les pôles multimodaux de Versailles Chantiers et des gares de Massy.